AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Lisa McKinley - Description, anecdotes et extraits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ottar
Kate Watson
Kate Watson
avatar

Nombre de messages : 312
Age : 40
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Lisa McKinley - Description, anecdotes et extraits   Mar 18 Avr - 14:08

Nom
McKinley

Prénom
Lisa

Age
21

Situation
Vendeuse


Portrait
[…]


Qualités
Optimiste, drôle et philosophe

Défauts
Maladroite et peu diplomate

Passion
Moto

Tempérament
Impulsif

Caractère
Extraverti


Notes
Symbole d’une jeunesse partagée entre altruisme et hédonisme, Lisa figure aussi une femme libérée, accomplie et ambitieuse. Dotée d’une intelligence moyenne mais efficace, pragmatique et courageuse, cette jeune femme rappelle le Aramis du roman de Dumas. Seule par choix, elle se distingue en cela de Gallia qui subit cet état et de Kate qui le combat.

Anecdote
Si le personnage de Lisa McKinley est doué pour le chant, mon désir d’insérer des fragments de textes connus afin d’illustrer et de qualifier certaines scènes ou protagonistes de la trilogie y est pour beaucoup ; à l’origine, le lieu où celle-ci chante devait s’appeler le Country Bar.

Extrait
La promenade de la Concorde, à bien y regarder, était occupée par une foule d’importance formée, d’un côté, de jeunes paysans vendant leurs maigres denrées à prix d’or et, de l’autre, de femmes accompagnées de fiers adolescents circulant d’un pas alerte entre les étals, depuis des heures, en quête de subsistances de qualité et abordables. A vrai dire, la magicienne avait de quoi se confondre en excuses tant l’irruption des jeunes gens ne pouvait qu’attirer l’attention, regards et interrogations.
Déjà, trois hommes avançaient dans leur direction.
- Nous devrions quitter les lieux au plus vite, dit Michael.
L’un des paysans héla aussitôt Peter, un peu décontenancé.
- Qui diable va là ? tonna la voix du grand Charles.
Sortant du rang, Lisa se hasarda à prendre la parole.
- Nous ne faisons que passer, précisa-t-elle.
Michael fronça les sourcils, relevant l’accent prononcé de son amante, cependant que Gallia, volontairement en retrait, tirait maladroitement sur sa jupe, comme s’il elle tentait de lui faire gagner quelques centimètres. La magicienne, quant à elle, demeurait dubitative et observait les trois hommes leur faisant face, chacun arborant un air suspicieux et une mine renfrognée en présence de ces étrangers surgis de nulle part.
En vérité, Freyja guettait là le moindre geste hostile.
- Elle parle comme une Anglaise ! s’exclama Domitien.
Aussitôt, le troisième larron apporta son grain de sel.
- Ce sont peut-être des espions, intervint alors Auguste.
Mais la jeune femme n’avait rien perdu de sa répartie.
- Je suis Américaine, objecta-t-elle soudain.
C’est alors que Peter avança d’un pas, dissimulant Gallia.
- Fais-la taire, lui murmura Freyja.
Le jeune homme sourit, visiblement amusé.
- Pourquoi ? Elle ne se débrouille pas si mal, après tout.
A cet instant, Charles, le mieux habillé des trois, ironisa.
- Américaine, dis-tu ? Quel drôle de soldat ferais-tu là ! s’écria-t-il sur un ton narquois, tandis que ses compagnons éclataient d’un rire fort et clair à la fois [Peter s’aperçut vite que d’aucuns regardaient aussi dans leur direction, commerçants, badauds et notables]. Mais où est donc ton fusil, Insurgé ?
Lisa tournait maintenant la tête vers son amant, perplexe.
- Et mire un peu la devanture ! fit Domitien, se sentant peut-être l’âme d’un poète [puis d’ajouter, hilare, alors que son interlocutrice le fixait à nouveau, courroucée]. Comment veux-tu qu’elle puisse épauler correctement avec deux coussins pareils sous la chemise [s’adressant à elle sur le ton de la confidence]. Tu devras peut-être te séparer de l’un d’entre eux…
Freyja donna un petit coup de coude à Peter, amusée.
- Ou les deux, fit Auguste, on n’est jamais trop prudent.
Sur ces entrefaites, Gallia éclata de rire à son tour, peu avant que Lisa, se retournant à nouveau, ne lance un regard noir à sa meilleure amie, à peine gênée de se payer ainsi sa tête. Michael, quant à lui, parvenant tant bien que mal à se dominer, n’en pensait pas moins, en vérité, cependant que la magicienne demeurait muette, s’efforçant de ne pas jeter d’huile sur le feu.
Aussi chercha-t-elle du réconfort auprès de Peter.
- C’est de l’acharnement ! s’écria-t-elle soudain.
La jeune femme posa alors son sac à terre.
- Levons le camp, lui murmura simplement son camarade.
A vrai dire, Freyja soupira à cette initiative, soulagée, tant l’heure tournait, midi approchant sans doute, la jeune femme sachant bien qu’ils n’avaient pas une minute à perdre mais aussi combien s’attarder ici ou là pouvait les mettre en danger, attirant l’attention des badauds ou, pire, de Jack et Tyler qui étaient peut-être déjà sur leurs talons.
Chacun s’apprêtait à partir quand Domitien ajouta encore.
- Avec de tels flotteurs, elle a dû traverser l’océan à la…
Mais la jeune femme ne lui donna pas l’occasion de finir sa phrase, saisissant son grand sac, posé à la verticale à même le marbre de la plate-forme, en un seul geste, vif et adroit à la fois, afin de s’en servir comme d’un bélier contre la tête du paysan qui, surpris, tomba aussitôt à la renverse, en une culbute pour le moins grotesque, durablement sonné et hagard, cependant que ses compagnons dévisageaient l’inconnue, silencieux.
Un cri retentit alors depuis la foule environnante.
- Attends un peu ! gronda le grand Charles.
L’imposante carcasse avança en direction de Lisa.
La bagarre qui s’ensuivit ne dura qu’un bref instant, les jeunes gens devant rapidement battre en retraite, eu égard au nombre de personnes qui leur tombèrent dessus, prêtant ainsi main forte aux deux hommes et à leur infortuné compagnon au nez cassé, les cartilages gonflés et violacés, sanguinolents.
A vrai dire, il n’y avait pas trente-six portes de sortie.
- Suivez-moi ! cria Peter, joignant le geste à la parole.
Le jeune homme prit la tête de cet insolite cortège, Lisa et Gallia sur les talons, suivis de Freyja et, plus loin, Michael.
La magicienne essaya de tirer ce dernier par le bras.
- Attendez-moi ! s’écria-t-il, presque affolé.

Phrase
- Il fait un froid à geler les couilles d’un singe de cuivre !


Interprète
[…]

_________________


Le forum de la trilogie Les chevaliers et la Walkyrie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leroyaumedefreyja.forumactif.com
 
Lisa McKinley - Description, anecdotes et extraits
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Description de l'île
» Description physique (PV: Gin et Lil Meyer)
» Cours de description Physique (PV Lokhlass)
» [HRP] Description de la forêt
» 01. Spy Game in McKinley High [CLOS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Personnages :: Lisa McKinley-
Sauter vers: